Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
Le blog du Vieux marmot

9. Kapital, c'est radical

 

Jolie fille de banlieue tu veux quitter ton trou

Ces immeubles crasseux cette cité où l’on crève

Un patron sirupeux t’offre un bureau de rêve

Mais son arrière pensée c’est d’emplir ton p’tit trou

 

Kapital, c’est radical !

 

Quand les bons sentiments dégoulinent sur la scène

L’animateur vitreux fait crever l’audimat

Et c’est son compte en banque qui crie échec et mat

A des millions d’yeux sourds qui marchent dans l’arène

 

Kapital, c’est radical !

 

Douleur, chaleur, tendresse à boire

Jouer, pousser, un monde à voir

Amour, toujours, détresse à boire

Social, nuptial, c’est concevoir

Dodo, boulot, bistrot d’la gloire

Vieillesse, sagesse, savoir déchoir

(déclamer très vite) Gesticule animalcule, politicule où tout s’encule, particule ou testicule c’est ridicule,

(en criant) c’était la vie ( puis gros rif)

 

Quand ton sexe fait rire des femmes rassasiées

Tu prends l’avion ton fric et débarque à Manille

Où des chairs innocentes vivent de la band’rille

Complexée et gluante de riches carnassiers

 

Kapital, c’est radical !

 

Quand l’ego d’un ministre déborde de tout’s parts

Se fait brosser l’alliance par des fricards sinistres

Que l’argument racaille fait augmenter ses parts

Unissant le bon peuple à la jet aux belles cuistres

 

Kapital, c’est radical !

 

Douleur, chaleur, tendresse à boire

Jouer, pousser, un monde à voir

Amour, toujours, détresse à boire

Social, nuptial, c’est concevoir

Dodo, boulot, bistrot d’la gloire

Vieillesse, sagesse, savoir déchoir

(déclamer très vite) Gesticule animalcule, politicule où tout s’encule, particule ou testicule c’est ridicule,

(en criant) c’était la vie ( puis gros rif)

 

Ta fierté envolée dans des bureaux ringards

Ton avenir ancré dans une queue au guichet

Seul et parmi tant d’autres avec l’espoir hagard

De trouver sur un mur ton avenir affiché

Chomiste lampiste tu danses plus le twist

 

Kapital, c’est radical !

 

Ta révolte ruinée dégouline de vinasse

Ton regard apeuré n’ose plus tendre la main

Ta détresse planquée sous la crasse carapace

Ton ventre qui gargouille ne vomit plus sa faim

SDF déchet de medef tu fais plus la fête

 

Kapital, c’est radical !

 

Douleur, chaleur, tendresse à boire

Jouer, pousser, un monde à voir

Amour, toujours, détresse à boire

Social, nuptial, c’est concevoir

Dodo, boulot, bistrot d’la gloire

Vieillesse, sagesse, savoir déchoir

(déclamer très vite) Gesticule animalcule, politicule où tout s’encule, particule ou testicule c’est ridicule,

(en criant) c’était la vie ( puis gros rif)

Partager cette page

Repost 0